Le luxe en toute simplicité

L’Express – Immobilier : Paris s’éveille

Immobilier : Paris s’éveille

Par Corinne Scemama – Publié le 30 août 2016 à 16h45

Les acquéreurs sont de retour dans la capitale, dans les beaux quartiers comme dans les arrondissements populaires. Les prix, en légère baisse depuis quatre ans, remontent doucement. Mais il reste encore de bonnes affaires à saisir, quartier par quartier.

Après une longue période de morosité, la capitale retrouve une certaine effervescence. Les acquéreurs reviennent depuis quelques mois en nombre pour visiter… et plus si affinités.

[…] Ce retour de flamme s’accompagne d’une légère remontée des prix, situés désormais à plus de 8000 euros le mètre carré en moyenne, selon la chambre des notaires de Paris-Ile-de-France. D’autant plus que les biens de qualité des beaux quartiers de Paris, du VIe au XVIe en passant par le VIIe et le VIIIe, tirent les valeurs vers le haut, notamment grâce au retour des étrangers et des expatriés français – conséquence du Brexit ou nostalgie de la Ville Lumière. […]

VIIe, VIIIe, XVIe, XVIIe: le luxe repart

Les beaux quartiers de la capitale revivent. Avec la reprise, les grands appartements haussmanniens sont de nouveau recherchés par une clientèle d’étrangers et d’expatriés fortunés. « Beaucoup d’entre eux préparent leur retour en s’offrant des biens sans défaut », observe Roger Abecassis, patron de Consultants Immobilier. Une effervescence qui commence à faire monter les prix, situés entre 8500 et 14000€.

Le VIIe, son charme discret et ses belles hauteurs sous plafond, a de nouveau le vent en poupe. Pour les bonnes adresses, les prix se négocient désormais entre 13000 et 14000€ le mètre carré. « Sur ce type de produit, rare à la vente, les acquéreurs ont intérêt à se décider très vite. Sous peine de se voir souffler l’affaire », affirme Claude Delannoy, de l’agence Laforêt Prestige. Ainsi, ce 82 m2 situé avenue Charles-Floquet et doté d’une superbe vue sur la tour Eiffel a été vendu 1,1 million d’euros en une semaine. Au grand dam de trois autres acheteurs également sur les rangs. Un empressement qui aiguise l’appétit des propriétaires: « Ils veulent déjà gonfler leurs prix. Certains pensent qu’avec le Brexit, les Anglais vont tous débarquer », s’amuse Eric Vincent, directeur de l’agence Rive gauche Emile Garcin. Ils devraient se calmer: si certains étrangers reviennent, ils ne sont disposés à surpayer que les biens exceptionnels du Champ-de-Mars ou des Invalides. Plus raisonnable, le Gros-Caillou offre des appartements dans des immeubles en crépi à un prix avoisinant les 9000 à 10000€ le mètre carré. Rue de l’Exposition, un 45 m2 a ainsi été cédé 475000€.

Avec le retour de la clientèle du Moyen-Orient, attachée au « Triangle d’or » de la capitale, le VIIIe porte beau. Ici, les biens exceptionnels autour des Champs-Elysées se négocient entre 13000 et 20000€ le mètre carré. Un 70-m2 de l’avenue Montaigne a trouvé preneur à 1,3 million d’euros. Mais attention, même dans ce quartier, les milliardaires gardent les pieds sur terre: à 5 millions d’euros, ce 200-m2 de la place François-Ier, au prix surévalué, n’a pas trouvé preneur.

Loin de ces excentricités, le parc Monceau reste une valeur sûre: un 100-m2 avec terrasse y a été vendu 1,5 million d’euros. Tandis que Saint-Philippe-du-Roule attire les familles pour 10000€ le mètre carré: un 110-m2 y a été vendu 1,2 million d’euros.

Le XVIe retrouve un peu de dynamisme. Après avoir subi des baisses conséquentes, l’arrondissement redevient une valeur refuge. « Les grandes surfaces sont, de nouveau, recherchées et les prix recommencent à augmenter », affirme Roger Abecassis.

Surtout pour les biens sans défaut: « Sur ce marché, on assiste même à une surchauffe: les prix atteignent des records et dépassent les 10000€ le mètre carré », observe Stéphane Atlan, directeur des agences Royalimmo.

Avenue Victor-Hugo, un duplex de 140m2 est parti à 1,5 million d’euros en une visite. Même activité intense à Auteuil. « Des couples âgés de 30 à 40 ans y cherchent des appartements de 80 ou 100m2 entre 8000 et 11000€ le mètre carré », constate Richard Mellul, directeur de l’agence Century 21 Auteuil Immo. Comme ce premier étage de 120m2, cédé 1,1 million d’euros. Seul l’extrême sud de l’arrondissement, du côté de la porte de Saint-Cloud, reste délaissé, malgré des prix entre 7000 et 8000€ le mètre carré.

Les affaires reprennent dans le XVIIe. Avec une large amplitude selon les quartiers – de 7500 à 11000 euros le mètre carré -, l’arrondissement accueille les familles aisées, ravies d’y trouver de beaux appartements et des commerces animés. Le marché des Ternes, un des plus prisés du secteur, retrouve un nouveau souffle, après une mauvaise passe, « surtout pour les biens inférieurs à 100 m2, en légère hausse », constate Richard Tiberghien, directeur de l’Etude Wagram.

Place des Ternes, un 40-m2 est ainsi parti à 450000€. Mais c’est aux Batignolles que le marché évolue le plus vite. « Avec l’arrivée prochaine de la Cité judiciaire de Paris, des avocats cherchent à s’y installer. Sous la pression de la demande, les prix grimpent rapidement », souligne Richard Tiberghien. Seules les Epinettes restent collées à 6500-7000€ le mètre carré.

Partager l’actu

Confiez-nous
votre bien immobilier

  • Un réseau d’agences historique
  • Des experts à votre écoute
  • L’assurance d’une vente en toute sérénité
Vendre mon bien