Le luxe en toute simplicité

Ecce homo

Face à la tour Eiffel, en surplomb des jardins et des fontaines du Trocadéro, le Musée de l’homme qui occupe depuis 1938 le splendide bâtiment Art déco de l’aile sud-ouest du Palais de Chaillot (Passy), a rouvert ses portes au public après 6 ans de travaux. « De l’extérieur, rien ne change, mais à l’intérieur tout est nouveau », expliquent l’agence Brochet-Lajus-Pueyo et l’atelier d’architecture Emmanuel Nebout, acteurs de cette spectaculaire métamorphose. Au menu des opérations qui s’inscrivent dans le cadre des volumes conçus par Jacques Carlu : curage, désamiantage, mise aux normes de sécurité, puis l’ajout d’entresols (salle d’exposition temporaire, bureaux) et d’une mezzanine située entre les deux niveaux de la Galerie de l’Homme, rompant la linéarité des deux nefs. Le concept des architectes ? Ouvrir le Musée sur son environnement et faire la part belle à la lumière naturelle.

La verrière de Davioud éclaire le balcon des sciences et le nouvel atrium.

Puits de lumière

Déployé sur deux étages et 16 mètres de hauteur, un nouvel atrium dominant le hall d’entrée s’impose en véritable cœur du Musée, distribuant les circulations et desservant notamment les galeries d’expositions temporaires et le Café Lucy avec vue sur la Seine. Il permet ainsi de redécouvrir du premier coup d’œil la verrière de Davioud entièrement restaurée, vestige de l’ancien Palais du Trocadéro de 1878, qui filtre la lumière du jour à travers des panneaux textiles en toile blanche. « Nous avons mené de petites incisions dans ce bâtiment pour lui donner une clarté nouvelle et avons préservé les vues tout en veillant à la conservation des objets des collections exposées », détaille Olivier Brochet. Au second niveau, cet éclairage zénithal illumine le Balcon des sciences (320 m2) délimité par les formes aériennes d’un élytre de bois clair. Cet espace offre des contenus multimédias interactifs. On like !

« 30 000 spécimens et représentations du corps humain»

Peuples du monde

La Galerie de l’Homme suit un parcours continu de 2 500 m2 le long des deux grandes nefs superposées de l’aile Passy. Il est ponctué d’objets qui témoignent de l’évolution des représentations physiques et mentales du corps humain dans l’histoire européenne, présentés pour la première fois au public. Ils sont issus d’une série exceptionnelle de représentations anatomiques : crânes, moulages de têtes, cires anatomiques, bustes de plâtre peints, etc. 19 mètres de longueur, 11 mètres de hauteur, une structure monumentale s’envole jusqu’au deuxième étage. Ce grand portant d’aluminium en forme de portée de musique illustre toute la diversité humaine à travers 79 bustes de plâtres et 12 bustes de bronze posés sur des sellettes. Ils racontent la trajectoire individuelle ou collective qui les a menés en Europe. Les enfants sont captivés. Les grands aussi.

Propos recueillis par Emmanuel Monvidran.

Partager l’actu

Confiez-nous
votre bien immobilier

  • Un réseau d’agences historique
  • Des experts à votre écoute
  • L’assurance d’une vente en toute sérénité
Vendre mon bien